Utiliser ses titres-restaurant au supermarché

0
107906
Woman shopping at the supermarket

Les titres-restaurant (TR) vous permettent de déjeuner sur votre lieu de travail de la manière qui vous convient le mieux. Vous pouvez ainsi choisir de manger dans un établissement de restauration traditionnelle ou rapide mais vous pouvez également acheter des plats tous prêts chez le boulanger ou le traiteur par exemple.

Parmi vous, certains préfèrent faire leurs achats dans les supérettes ou les supermarchés pour des raisons personnelles (régime, allergies alimentaires), ou tout simplement par commodité.

Mais comment identifier ce que vous pouvez, ou non, payer avec vos titres sans que cela ne devienne un casse-tête en caisse ? L’expérience et vos témoignages nous montrent que d’une enseigne à l’autre les règles appliquées ne sont pas toujours les mêmes et que cela déroute nombre d’entre vous. Voici donc quelques informations et conseils pour vous éviter des déconvenues au moment de régler vos courses.

Pour commencer, que dit la réglementation ?

En 2009, une charte a été mise en place par la Commission Nationale des Titres-Restaurant (CNTR) avec la Fédération du Commerce et de la Distribution (FCD) et les grandes enseignes de distributions.

Elle précise le mode de fonctionnement dans les magasins agréés : ils sont tenus de déposer une liste des produits pour lesquels ils acceptent ce mode de paiement, et de n’accepter qu’un seul ticket par passage en caisse (avec une tolérance à deux) et sans rendu de monnaie (comme pour les restaurateurs).

Les produits y sont également définis précisément. Pour résumer, il s’agit de “produits immédiatement consommables” (sandwiches, plats cuisinés, fruits, légumes…) à réchauffer, à décongeler ou à manger froid. Mais également les denrées qui vous serviront à préparer vos repas du midi.

Vérifiez que votre commerçant accepte bien les titres-restaurant

Sachez tout d’abord que les enseignes de supérettes, supermarchés et d’hypermarchés (tout comme les primeurs et les épiceries) n’ont aucune obligation d’accepter le paiement avec un titre.

Avant de faire vos courses, pensez donc à vérifier que l’autocollant indiquant clairement que vos titres sont acceptés est bien affiché sur la vitrine. Sinon, n’hésitez pas à demander à l’accueil de votre magasin.

A partir du moment où ils acceptent le paiement par titres, ils ne peuvent vous les refuser que si  vous choisissez des denrées ne faisant pas partie de la liste déposée.

Que pouvez-vous acheter au supermarché avec vos titres-restaurant  ?

Au moment de la signature de cette charte entre la CNTR et la FCD, les grandes enseignes ont donc déposé la liste des produits qu’elles commercialisent et pour lesquels elles acceptent le paiement par titre. Vous pouvez la consulter à l’accueil de votre magasin si vous avez un doute ou si vous êtes perdus. Soyez observateurs, certains magasins indiquent dans leur rayon la mention “payable avec des TR” sur les écriteaux et les étiquettes.

Tous les aliments que vous pourrez consommer immédiatement, réchauffés ou non, mais également ceux qui servent à la préparation d’un repas sont concernés. Concrètement il s’agit des plats cuisinés (frais, surgelés, sous vide, en conserve, au rayon traiteur…), des sandwiches, des salades préparées, des fruits et légumes sous toutes leurs formes (frais, surgelés, en compote, en salade…), des produits laitiers (yaourts, fromages, glaces…) et des boissons. De quoi composer un vrai repas.

Inutile de trier vos courses sur le tapis de la caisse

Tous les produits, alimentaires ou non, sont classés par familles, identifiées par leur code barre. Ainsi, à chaque scan d’article, la caisse reconnaît automatiquement s’il s’agit d’un produit d’entretien, culturel ou alimentaire par exemple. Ce triage lui permet d’appliquer la bonne TVA mais aussi de savoir si oui ou non vous entrez dans la catégorie “déjeuner au travail”.

De fait, lors de votre passage en caisse, inutile de trier vos courses ou de faire deux comptes séparés : le code barre fait tout pour vous ! C’est lui qui indiquera à la caisse enregistreuse si votre produit est payable ou non avec vos titres. Lorsque tous vos articles ont été scannés, vous savez immédiatement quel montant total peut être réglé par TR… (Rappel : un maximum de 19 euros par jour, que ça soit en chèque ou en carte restaurant, dans la limite de votre solde disponible pour cette dernière).

Pour les plus petites enseignes sans lecteur de code barre, les primeurs, les épiciers… le bon sens prévaudra.

 

A lire aussi - Organisation de l’entreprise : 8 conseils de dirigeants pour réussir