La bienveillance commence par soi !

0
733
La bienveillance commence par soi

Quand on se dit « plus exigeant(e) avec soi qu’avec les autres », on veut souvent mettre en avant sa rigueur, de son souci des choses bien faites. Mais s’il y avait également dans cette phrase une idée de tyrannie… vis-à-vis de soi ? Si nous avions tendance à nous traiter moins bien que les autres ? Attention à notre santé mentale ! La bienveillance, ça passe aussi par bien SE traiter.

Nous sommes tous « mal élevés » de la bienveillance pour nous-mêmes

Nous voyons souvent chez les enfants une peur de mal faire, du rejet à cause d’une bêtise ou d’une mauvaise note. Ce jugement impitoyable sur nous-même, associé à un désir de plaire, est très répandu et nous vient de l’enfance. Et comme tous les comportements anciens, parfois difficile à déraciner.

Pourquoi ne pas adopter, pour apprendre à bien se traiter, de petites astuces, comme se mettre face à un miroir pour se féliciter d’une chose qu’on a bien faite ? Ou remplir un bocal de petits papiers pleines de choses qu’on aime chez nous, qu’on a aimé faire ou pour lesquelles on se sent fier(e).

Ces techniques sont bien sûr plus adaptées à la maison qu’au bureau, mais si vous êtes parent, vous pourrez ainsi donner l’exemple, et visualiser en famille les choses positives dont on peut se féliciter. Et, c’est démontré, le renforcement positif, ça fonctionne mieux que l’accablement !

Concrètement, ça veut dire quoi, être auto-bienveillant ?

Nous pouvons nous appliquer tout ce qu’on fait pour les autres, notamment dans le cadre professionnel. L’écoute, le respect, l’empathie, l’échange, les encouragements.

Ainsi, ne pensez-vous pas qu’il est largement temps de prêter attention aux signaux de votre corps, ou encore à votre petite voix intérieure ? Autant de signaux vers quelque chose qu’il serait bon de ne pas ignorer.

De la même façon inutile de vous dévaloriser ou de vous accabler, voire de vous traiter de tous les noms plus ou moins intérieurement. Auriez-vous l’idée de traiter ainsi vos collègues ou vos amis à chaque micro imperfection ? Bien sûr que non. Alors traitez-vous comme vous le feriez pour votre meilleur(e) ami(e) ou votre collègue préféré(e) et vous aurez tout à gagner.

Et, quand vous faites bien, félicitez-vous-en ! Non ça ne veut pas dire être une personne odieuse qui se pavane en ne parlant que d’elle, cela signifie simplement de prendre quelques minutes pour se dire qu’on a bien travaillé et qu’on est content du résultat.

Surtout, le plus difficile, osez dire NON ! Bien sûr, pas à tort et à travers mais les demandes mal ficelées, trop tardives, trop loin de votre champ d’action, « juste une fois pour dépanner », bref, les cadeaux empoisonnés, sont souvent une grande source de stress et d’insatisfaction… pour vous, mais aussi pour l’organisation de votre entreprise ou de votre équipe. Apprendre à poser vos limites, c’est aussi vous respecter. Et conduire les autres à vous respecter, dans votre expertise et dans votre périmètre.

En étant à l’écoute de vos émotions, en acceptant vos imperfections, vous apprendrez à mieux connaître vos limites et ainsi à mieux vous protéger. Vous gagnerez en sérénité, mais aussi en efficacité et en confiance. Vous n’en serez qu’encore plus bienveillant vis-à-vis de votre entourage personnel ou professionnel, dont vous pourriez bien voir le comportement avec vous s’améliorer également. Alors, on commence maintenant par une petite récompense ?